LA GEOSTATISTIQUE

Dans le cadre des diagnostics approfondis de pollution des milieux, l’exploitation des données de terrain est couramment réalisée de manière déterministe par exemple à l’aide de maillage géométrique. Les interprétations des résultats, et par conséquent la cartographie des panaches de pollution et leur dimensionnement (volumes de terres polluées associés) qui en découlent, restent hypothétiques et très approximatives.

Afin d’affiner le traitement de ces données et fort d’un retour d’expérience s’appuyant sur des dizaines d’étude réalisées depuis sa création, ENVISOL met à disposition de ses clients un outil puissant et reconnu : la géostatistique appliquée aux sites et sols pollués.

La géostatistique : cartographier et dimensionner la pollution

Les données issues de la Géostatistique permettent également d’alimenter notre tout nouveau Logiciel de Cartographie des Risques Sanitaires : Envirisk 

Bretenoux HEP kitcolo

VHOC pollution mapping

DANS QUEL CAS UTILISER LA GEOSTATISTIQUE ?

  • Cartographier les sources de pollution en fonction des seuils de dépollution définis ou de critères d’acceptation en filière de stockage,
  • Orienter les travaux d’excavation en fonction du risque accepté de la présence d’une contamination,
  • Réaliser des plans de terrassement adaptés aux problématiques du terrain en vue d’optimiser le déroulement des travaux d’excavation,
  • Optimiser une campagne de reconnaissance complémentaire,
  • Connaître l’incertitude sur les estimations de volume et sécuriser la phase travaux,
  • Déterminer l’efficacité d’un traitement en fonction des campagnes de contrôle et comparer les résultats obtenus aux objectifs attendus.

Cette méthode permet notamment :

  1. d’interpoler les résultats et donc affiner l’estimation des volumes en fonction de la VARIABILITE SPATIALE de la pollution et du terrain (ce qui n’est pas le cas dans le maillage),
  2. de modéliser et CARTOGRAPHIER EN 3D les volumes de terres polluées et/ou des panaches,
  3. de calculer des PROBABILITES DE RISQUES de dépassement des seuils de dépollution ou, dans le cas d’une problématique de gestion de déblais, des seuils d’acceptation en ISDI,
  4. d’ESTIMER L’INCERTITUDE ASSOCIEE AU CALCUL DES VOLUMES DE TERRES POLLUEES OU NON INERTES, ET DONC D’EVALUER LE RISQUE FINANCIER.

ENVISOL INNOVE EN GEOSTATISTIQUE

Cet outil a largement fait ses preuves dans le domaine des sites et sols pollués. Afin de perfectionner son utilisation, ENVISOL a formé l’ensemble de son équipe à la géostatistique appliquée aux sites et sols pollués.

Afin d’être en phase avec les techniques innovantes dans ce domaine, plusieurs personnes au sein d’ENVISOL participent activement à des projets d’innovation et de recherches en géostatistique. Les principaux projets, réalisés ou en cours de réalisation, sont présentés ci-après :

–  ENVISOL a récemment (2015) participé à un projet intitulé « Application de la géostatistique en vue d’améliorer la détermination des volumes de sols contaminés par des cendres d’incinérateurs » avec l’université de Québec.

–  ENVISOL participe actuellement à la réalisation d’un projet intitulé «  Geostatistics for Remediation Optimization » avec le « Interstate Technology & Regulatory Council (ITRC) ». Le but de ce projet est la réalisation d’un guide afin d’expliquer, sensibiliser et former les praticiens potentiels (bureau d’étude, collectivités,…) à comprendre et à utiliser des approches géostatistiques pour évaluer les possibilités d’optimisation dans des projets de réhabilitation des sites et sols contaminés. Un grand nombre de collaborateur participe activement à la réalisation de ce projet, à savoir, des universitaires, chercheurs, ingénieurs, entreprises…

–  En 2015, a débuté le projet CONTRASOL en collaboration avec l’Ecole des Mines de Paris (laboratoire ARMINES) – Lauréat de l’appel à projet GESIPOL de l’ADEME.