Séminaire Envisol à Lisbonne – « Think out the Box »

Dans le cadre de son séminaire annuel, Envisol s’est rendu cette année à Lisbonne du 9 au 11 mars afin de réunir les équipes mais également pour faire le point sur l’entreprise et les nouveautés de 2017.

Jour 1. La première matinée fut consacrée au bilan des derniers mois avec une mise en perspectives des objectifs sur les 6 mois à venir. Le comité de Direction a pu longuement revenir les évolutions de Envisol et notamment en interne avec l’arrivée des nouveaux collaborateurs, l’acquisition et l’intégration de Digital Drone dans notre offre de service, la R&D et les nouveaux produits ainsi que les enjeux externes avec la signature de nombreux contrats cadres et le gestion de nos fournisseurs. Ce temps d’échange a permis aux équipes de mieux comprendre les nouveaux enjeux stratégiques mais aussi de poser les questions nécessaires à la leurs réalisations. Bonne nouvelle, Envisol devrait encore recruter dans les prochains mois pour poursuivre sa croissance actuelle.

Pour conclure la matinée, Mélanie nous a présenté dans un premier temps la politique SSE de Envisol et les objectifs de l’Audit MASE qui se déroulera en Avril. La certification LNE Service Sites et Sols Pollués (SSP) est une démarche volontaire qui atteste de la conformité des services proposés par un prestataire avec les exigences définies dans le référentiel de certification et celles des normes françaises NF X 31-620 relatives aux Sites et Sols Pollués. Cette certification permet aux entreprises ou aux collectivités territoriales d’identifier les prestataires pouvant donner une prestation de qualité conforme aux besoins. Envisol s’est engagé à respecter les dispositions législatives et réglementaires en vigueur, et en particulier en ce qui concerne la prise en compte des problèmes de santé publique, de sécurité et des risques environnementaux.

Ensuite Priscillia nous a présenté les usages et les intérêts de notre tout nouveau logiciel de Cartographie des Risques Sanitaires : ENVIRISK. L’évaluation des risques sanitaires constitue une partie intégrante de la méthodologie des sites et sols pollués avec un domaine d’application qui s’est largement étendu : élaboration de valeurs seuils, objectif de dépollution, outil d’aide à la décision sur des projets de réhabilitation et réponse aux interrogations des populations.

Cette méthodologie permet la réalisation d’étude sanitaire en intégrant leur dimension spatiale. La variabilité spatiale de la pollution issue de modélisations géostatistiques est intégrée dans ENVIRISK. Les niveaux de risques sont alors cartographiés sur l’ensemble du site. C’est un véritable outil d’aide à la décision pour les décideurs permettant ainsi d’optimiser les projets de réaménagement de friches polluées en intégrant la dimension spatiale des éléments décisionnels.

La première après-midi fut dédiée à la visite du quartier de Belém et à la dégustation des spécialités locales. Un vrai moment de convivialité pour les équipes qui ont pu profiter du soleil présent pour l’occasion.

En soirée, nous avons découvert le Fado. Le Fado est un genre musical constitué de chants populaires au thème mélancolique et accompagné d’instruments à cordes pincées.

Jour 2. Lors de la deuxième matinée, les équipes ont été challengées une nouvelle fois au travers d’une simulation : Le tournoi des 5 AS. Trois règles communes étaient imposées : (1) 7 minutes pour étudier les règles du jeu et les apprendre par coeur, (2) pendant toute la durée du jeu, toute communication verbale ou écrite était interdite et (3) le seul moyen de communication était le dessin ou l’usage de gestes.

La phase cachée de la simulation était que chaque table avait ses propres règles. Lors du premier roulement, les perdants comme les gagnants ont du s’adapter à aux nouvelles règles de la table d’accueil. L’objectif de cette simulation était une nouvelle fois de sortir les participants de leur zone de confort pour (1) Faire preuve d’adaptabilité face au changement, (2) Transformer les contraintes en opportunités, et (3) Accepter l’incertitude pour gagner en flexibilité.

Une nouvelle fois nous voulions que les collaborateurs comprennent qu’il est important de savoir faire évoluer ses pratiques au quotidien, de sortir des automatismes, d’adopter des attitudes nouvelles en intégrant la complexité des organisations et enfin se positionner et s’engager en tant qu’acteurs de l’organisation.

Le debriefing de l’activité s’est déroulé autour d’un « World Café ». Le World Café est processus qui permet de rendre visible et audible l’intelligence collective.  

A chaque table, nous avions convenu d’un hôte qui serait le rapporteur. Ensuite nous avons lancé la première question. Nous avions demandé aux différents groupes de noter tout ce que se passait à la table. Après 10 minutes, chaque groupe devait présenter brièvement 3 ou 4 idées clés. A l’issue du premier échange, « l’hôte de table » restait à sa place pendant que les autres faisaient fonction de voyageurs d’idées. Les hôtes de chaque table accueillaient ensuite les nouveaux invités et résumaient les idées de la conversation précédente avant de partir sur une nouvelle question. L’idée était d’établir des liens entre toutes les idées issues des conversations précédentes.

Pour clôturer cette matinée, le débriefing global portait sur la question du changement : (1) percevoir ce qui change dans l’organisation, (2) définir le cadre d’actions et (3) choisir la mise en œuvre d’une solution dans des conditions favorables. L’idée était de mieux appréhender le changement mais surtout de comprendre que celui-ci n’existe que par la dynamique des individus qui le mettent en œuvre.

Le seconde après-midi fut une nouvelle consacrée à la visite guidée du centre historique avec l’enchainement d’une activité « surprise » et des dégustations. En soirée nous nous sommes retrouvé à l’Agulha no Palheiro pour une soirée « typique ».

J3. Pendant que certains allaient courir, d’autres avaient décidé de flâner dans les quartiers qui n’avaient pas été encore visités à la recherche de cadeaux et d’autres profitaient de cette dernière matinée pour faire la grasse matinée.

Ce séminaire nous aura une nouvelle fois permis de créer du lien et de fédérer les équipes autour d’un projet commun. Notre méthode de travail pour ce séminaire était axée sur la méthode 70:20:10. Il s’agit d’un modèle d’apprentissage théorisé dans les années 90 par des chercheurs américains, qui démontre l’importance de l’apprentissage informel dans le parcours d’un individu. Ce que nous apprenons sur les bancs de l’Ecole ne représenterait qu’une infime partie de notre apprentissage. Le constat est que l’apprentissage classique est souvent déconnecté de la pratique ce qui rend difficile la mémorisation sur le long terme. Le propre de la formation informelle est de permettre aux apprenants de se former de manière autonome et de favoriser l’auto-apprentissage. Cette méthode permet de toujours se questionner et se positionner au regard de ses pairs pour favoriser une démarche collective. 

Tout savoir sur la formation 2.0 chez Envisol, n’hésitez pas à nous contacter !! Il y a tant de nouveautés à venir…

Linkedin

Leave a Reply

Your email address will not be published.